Conseillère ou conseiller en communication

Poste occasionnel d'une durée d'un an

Lieu où vous vous dépasserez

L’Assemblée nationale du Québec – Direction des communications souhaite pourvoir un emploi occasionnel d’une durée d’un an à temps plein au 1020, rue des Parlementaires, à Québec. Possibilité de travail en mode hybride (télétravail/présentiel). L’entrée en fonction est prévue pour février 2023.

Notre rôle

Grâce à une équipe dynamique et créative, la Direction des communications assure la promotion de l’Assemblée nationale en fournissant des services de relations publiques, communication interne, gestion des médias sociaux, de révision linguistique, de graphisme, d’intégration et d’infographie Web. Elle assure une veille de l’information concernant l’Assemblée nationale et fournit divers services, dont la sélection et la distribution de documents, aux journalistes de la Tribune de la presse. Au cœur de la modernisation de l’organisation, elle participe à son virage numérique en s’assurant d’offrir des solutions, des contenus et des infrastructures d’avant-garde aux parlementaires, citoyennes et citoyens et au personnel. La direction coordonne certains projets liés aux technologies de l’information tels que le site Internet et le portail intranet. Elle fait rayonner l’Assemblée en assurant ou en coordonnant la réalisation de publications, d'expositions et d'activités sur les parlementaires ainsi que sur le rôle et le fonctionnement de l'institution.

Vos défis

De concert avec la directrice des communications, vous serez amené à :

  • Proposer, élaborer, planifier et réaliser des stratégies de communication destinées à l’information du public en général ou d’une clientèle spécifique qui répondent aux besoins de l’Assemblée nationale, de ses unités administratives et du cabinet de la présidence. Cela peut prendre la forme de plans de communication, de campagnes de sensibilisation, d’information, de relations publiques et de presse ;
  • Effectuer les recherches, rédiger et actualiser les différents documents destinés à promouvoir le message institutionnel, notamment des communiqués de presse, des notes d’allocution et divers textes d’information et de promotion ;
  • Conseiller les différentes unités administratives dans l’organisation, le déroulement et la promotion des divers événements où l’Assemblée nationale est impliquée ;
  • Élaborer des plans d’évaluation afin de mesurer l’impact des activités de communication réalisées, faire les recommandations qui en découlent et en assurer le suivi.
Votre profil

Pour occuper le poste de conseillère ou conseiller en communication, vous devez :
  • Posséder une bonne capacité d’analyse et de rédaction;
  • Connaître et maîtriser l’ensemble des champs d’expertise liés au domaine des communications;
  • Posséder des connaissances techniques de base liées au domaine médiatique ;
  • Aiguiser votre créativité, être alerte dans l’application des nouvelles stratégies de communication et être à l’affût des toutes dernières approches et nouveaux outils de communication et les appliquer au quotidien.
Les indispensables
  • Détenir un diplôme universitaire de premier cycle en communication, rédaction ou tout autre domaine pertinent ou une attestation d’études dont l’équivalence est reconnue par l’autorité compétente;
Un candidat peut soumettre sa candidature s’il est en voie de terminer la dernière année de scolarité exigée pour l’obtention du diplôme requis.

Chaque année de scolarité manquante peut être compensée par une année de scolarité pertinente de niveau égal ou supérieur à celle exigée. Le diplôme exigé peut également être compensé par une maîtrise dans une discipline pertinente comportant un minimum de 45 crédits.

Pour être considérée, toute scolarité effectuée hors du Canada doit faire l’objet d’une évaluation comparative (attestation d’équivalence) délivrée par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion. La personne en attente de son évaluation comparative peut être admise sous condition de fournir le résultat de cette évaluation dès qu’elle le recevra.
  • Posséder de bonnes habiletés de communications et une excellente maitrise du français parlé et écrit;
  • Posséder la citoyenneté canadienne, le statut de résident permanent ou un permis de travail émis par l’autorité fédérale compétente pour occuper un emploi dans la fonction publique du Québec;
Une personne en attente de la preuve de son statut de résident permanent ou d’un permis de travail peut soumettre sa candidature au présent processus de sélection. Toutefois, elle devra être autorisée à travailler légalement au Canada au moment de sa nomination.
  • La personne dont la candidature sera retenue pour occuper cet emploi devra se soumettre aux exigences d’une enquête de sécurité.
Rémunération
Entre 48 488 $ et 90 110 $ selon expérience.

Les montants associés aux différents échelons peuvent être consultés sur le site Web du Secrétariat du Conseil du trésor.

Le nombre d’heures hebdomadaires de travail pour cet emploi est de 35 heures.

Cet emploi vous intéresse ?

Du 10 au 23 janvier 2023, en cliquant sur « Postuler », faites-nous parvenir un dossier complet incluant :
  • Un curriculum vitae;
  • Une copie de vos diplômes et certifications;
  • S’il y a lieu, une copie de votre permis de travail.
Pour chaque expérience inscrite dans le curriculum vitae, veuillez inscrire s’il s’agit d’une expérience à temps plein ou à temps partiel ainsi que la date de début et de fin en mois et années. De plus, pour les expériences à temps partiel, veuillez inscrire une moyenne d’heures travaillées par semaine ou le nombre d’heures totales effectuées au contrat.

Veuillez noter que seules les personnes retenues pour une entrevue seront contactées.

Nous vous suggérons de conserver une copie de cette offre d’emploi pour consultation ultérieure.
 
Vous avez des questions ?

Pour le processus de sélection : Mme Stéphanie Roy-Verret, stephanie.roy-verret@assnat.qc.ca

Pour les attributions de l’emploi : Mme Aurelle Lavigne-Robichaud,
aurelle.lavigne-robichaud@assnat.qc.ca

La fonction publique du Québec applique des mesures d’accès à l’égalité en emploi à l’intention des femmes, des membres des minorités visibles et ethniques, des personnes handicapées, des anglophones et des Autochtones.